Article publié le 2017-08-02 par Souleymane KANAZOE Culture
Musique - Tiken Jah Fakoly ouvre un studio à Abidjan
Tiken Jah Fakoly par Rama, CC BY-SA 2.0

Figure de proue du reggae en Cote d’Ivoire, Tiken Jah Fakoly, de son vrai nom Doumbia Moussa Fakoly n’est plus à présenter sur l’échiquier musical continental. Celui qui se proclame comme la voix des sans voix vient d’ouvrir un studio dans le quartier populaire de Yopougon à Abidjan.

Pour donner une chance aux artistes de son pays qui veulent embrasser une carrière musicale, Tiken Jah Fakoly a fait construire un grand bâtiment dont les fonctions seront multiples : il a prévu d’y abriter très prochainement une radio libre qui donnera la parole aux abidjanais impliqués dans la vie citoyenne, mais également deux studios de répétition et un studio d’enregistrement.

Tiken Jah Fakoly joue une musique pour « éveiller les consciences ». Les paroles de ses chansons parlent de beaucoup d'injustices que subit la population de son pays d'origine, mais aussi et surtout le peuple africain. Par « musique qui éveille les consciences », Tiken Jah Fakoly explique que les peuples qui vivent sous l'oppression sont des humains au même titre que les autres, qu'ils ont les mêmes droits que tout être humain et qu'ils ont leurs cultures et leurs valeurs.

Dès le décollage de sa carrière au début des années 2000, Tiken Jah Fakoly promeut de nombreux évènements culturels dans la sous-région d'Afrique de l'Ouest. C'est sa structure Fakoly Production qui organise de nombreuses rencontres au Mali et en Côte d'Ivoire en particulier, mais également en Guinée, au Burkina Faso ou au Niger. Son club « Radio Libre », ouvert depuis 2009, reçoit chaque semaine de nombreux artistes venus jouer en live dans ce temple du reggae et de la musique mandingue.

Tiken Jah Fakoly a lancé en 2009 une campagne intitulée « Un concert une école », campagne entièrement conceptualisée et mise en œuvre par Afrikakom au Mali. Il a déjà financé la construction d’une école dans le village de Touroni, situé à 30 km d’Odienné dans sa région natale et également un collège à Dianké au Mali (proche de Tombouctou). Tout ceci, en partenariat avec des institutions ou associations.

Depuis 2012, il organise chaque année à Odienné en Côte d'Ivoire le « Festikabadougou ». Durant l'édition 2015, face à un public de 30 000 personnes, il recommande « Mettons nos enfants à l'école parce que l'école éveille les consciences ». Pour l'artiste engagé, « L'avenir, c'est l'Afrique »

Discographie de Tiken Jah Fakoly

1996 : Mangercratie

1999 : Cours d'histoire (Barclay)

2000 : Le Caméléon (Barclay)

2002 : Françafrique (Barclay)

2004 : Coup de gueule (Barclay)

2007 : L'Africain (Barclay)

2008 : Live à Paris (Barclay)

2010 : African Revolution (Barclay)

2014 : Dernier Appel (Barclay)

2015 : Racines (Barclay)